balade dessinée

Pourquoi j’ai tué Pierre
14 juillet, 2009, 23:10
Classé dans : critiques

POURQUOI J’AI TUE PIERRE – Alfred & Ka (2006 chez Delcourt)

1233428044.jpg

 » Pourquoi j’ai tué Pierre  », au même titre que  »L’ascension du haut mal  » de David.B  et les  » pilules bleues  » de Frederic Peeters, est un récit qui touche aux failles de l’existence, en l’occurrence le traumatisme d’un acte pédophile sur le scénariste, à l’âge de 12 ans qui décide, après un long cheminement – qui est l’objet de ce livre – d’exorciser ses démons et faire son deuil. Pour cela, il lui faut  » tuer Pierre  » comme on tue le père : pour se libérer, parce qu’il n’a plus le choix. Il lui faut donc raconter.

Or, comment raconter  » ça  » ? Comment rester pudique ? Comment rester juste ? A ces doutes Alfred et Olivier Ka répondent de la plus belle manière, en signant une œuvre très originale et profondément humaine. Comme souvent, c’est la combinaison jubilatoire d’un dessin touchant et créatif – avec de jolies couleurs de Henri Meunier – et d’un scénario sensible et inventif, qui contribuent à faire de cette œuvre une BD majeure, du genre dont on se souvient longtemps après la lecture.

pierre3.jpg

Le dessin, d’abord, qui utilise maints procédés en fonction des situations vécues, de leur intensité dramatique. Le récit est joliment mis en image par un trait qui épouse la vision de l’enfance, un peu simpliste, jamais simplet. L’usage de photos, travaillées ou non, en fin de récit, contribue à accentuer l’effet de réel et fait émerger une vérité plus crue, moins distanciée.

1233428179.jpg

1233428286600x600.jpg

Le scénario – merveille de construction, entre introspection, récit dialogué, silence – se décline en trois temps : L’avant , celui de la découverte du corps – du sien, de l’autre – de la culpabilité, du bien être, de la nature, des amis, des questions : l’enfance quoi, entre sombre nuage et légèreté. Puis  » l’évènement  », au cœur du récit, un moment raconté de manière extrêmement sensible ,un sommet dramatique, puis l’après : le rejeu de la mémoire que l’on avait tapie dans l’ombre, le besoin d’en parler, le malaise de vivre avec ça, jusqu’à la chute, bouleversante.

Pourquoi j’ai tué Pierre a reçu le prix du public à Angoulème en 2007 : Il est mille fois mérité ! Ce beau livre fait désormais parti de ma bibliothèque et j’en suis pas peu fier !

pierre2.jpg


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

culturac |
Coli'Anne |
Parcours d'artistes de la V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | graphes du 91
| caloucalou
| theo972