balade dessinée

LA PROPAGANDE DANS LA BD
24 août, 2011, 21:35
Classé dans : critiques

LA PROPAGANDE DANS LA BD dans critiques 6100q4p3ylsl500aa300

Le livre de Fredrik Strömberg, publié aux éditions Eyroles en 2010,  «  La propagande dans la bd  » promettait beaucoup et déçoit un peu . Sous une couverture cartonnée attrayante on trouvera en effet un ouvrage richement illustré, agréable à parcourir, très documenté, et largement ouvert sur le monde, même s’il fait la part belle à la production anglo-saxonne et est moins généreux sur l’école franco-belge. Strömberg , un bédéphile  suédois, nous ouvre sa bibliothèque et procède au catalogue raisonné de sa collection accumulée en 20 ans.

 

Il n’est pas douteux que le lecteur en apprendra beaucoup. Le genre des super héros y tient évidemment une place majeure , mais à coté des évocations assez classiques de captain America and co moins connu sont  Shaloman ‘’ l’homme de pierre ‘’ sorte de superman  israélien, aidant l’armée a lutter contre les palestiniens ou la série ‘’ 99 ‘’ – plus pacifiste celle là – du koweitien  Naif Al Mutawa, où les super héros incarnent les 99 vertus du dieu des musulmans. Bref, on en finirait pas d’égrener toutes les découvertes que nous propose ce voyage en pays de propagande : Des  brochures publiées par le fabricant d’armes Remington dans les années 50 à la série « Reagan’s raiders » , ode patriotique à la gloire de Reagan, les pépites sont nombreuses dans cet ouvrage savant sans être redondant.

                     33036411.jpg

Pourtant le livre souffre à mon sens de deux faiblesses. La première est que l’auteur a choisi d’aborder la question de la propagande à travers un plan thématique : Politique, religion, éducation, guerre des peuples, des races , des sexes … le panorama est large mais finit par lasser ou mieux : nous perdre, car les exemples se succèdent, page après page , sans que l’on devine des tendances d’ensemble sur le siècle. Les époques se retrouvent d’une thématique à l’autre et elles souffrent d’un manque de contextualisation.  Sous-titré « un siècle de manipulation par l’image » le livre promettait un Histoire à laquelle il manque ici un peu de chronologie.        

 Surtout,  Strömberg donne au mot propagande une acception  très large – qu’il justifie en introduction - «  Le terme propagande sera considéré (…) relativement neutre – et tient compte de la définition du petit Larousse illustré ‘’ toute action sur l’opinion organisée en vue de répandre une opinion, une doctrine etc . ‘’ Ce parti -pris est évidemment tout à fait défendable. Que la propagande ne puisse se limiter à ses aspects les plus outranciers et politiques, celle, par exemple,  des pays totalitaires , cela n’ait  guère contestable. La publicité participe aussi d’une forme de discours propagandiste et toutes formes de pouvoir – religieux , politique, économique – use des médias – dont la bd – pour faire passer un message. Mais Strömberg choisit d’ouvrir trop grand les écoutilles et mêle ainsi dans le même ouvrage « les histoire de guerre illustrée » – petite brochure narrant la gloire des soldats nazis – et Mauss d’Art Spigelmann ! De même il est curieux d’y croiser  la bête est morte de Calvo ou V pour Vendetta de Moore et Lloyd.  De la même manière, certaines de ses opinions sont contestables :  voir dans le chinois de Luky Luke une vison raciste me semble exagéré. Il n’est guère de personnages de lucky Luke ( le noir, l’indien, le joueur de cartes … ) qui ne soit pas caricatures et les chinois n’ont guère à envier aux blancs qui y figurent ! 

 Voilà donc un livre un peu agaçant. Il se présente sous la forme d’une caverne d’Ali baba documentaire, qui rendra d’utiles services , mais l’auteur aurait gagné à resserrer son propos, à lui donner une profondeur historique et faire preuve, parfois,  d’un peu plus de discernement  dans ses choix.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

culturac |
Coli'Anne |
Parcours d'artistes de la V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | graphes du 91
| caloucalou
| theo972