balade dessinée

TOUT SEUL de CHABOUTE
9 septembre, 2012, 11:58
Classé dans : critiques

toutseulcouv  toutseulcouv   

    Un graphisme somptueux qui marie le noir et le blanc de main de maître; un sens de la composition abouti; une narration habile et  juste, qui sait prendre le temps d’ installer une ambiance; un dessinateur aussi à l’aise dans le détail que dans les scènes plus larges;  un scénario inventif, intelligent et sensible, qui balance entre réel et imaginaire avec des moments d’un onirisme rare  : voilà le cocktail  pour réussir une grande œuvre et Tout seul de Chabouté en fait assurément partie. Facile hein ?

            « Tout seul » est un être difforme – un « monstre » – un orphelin né dans un phare qu’il n’a jamais quitté. Depuis 15 ans le capitaine d’un navire l’approvisionne en nourriture ( promesse faite à son père ) mais ne l’a jamais rencontré. Un marin qui l’accompagne un jour  de livraison s’en étonne et tente de dialoguer, par lettre, avec ce solitaire.

            «  Une vie à tourner en rond sur son caillou » ( le capitaine ), qu’est ce qu’on en fait ? On peut pêcher, bien sûr – ou nourrir son poisson rouge – mais « Tout seul » occupe surtout son temps en lisant les mots d’un dictionnaire et chaque définition est pour lui l’occasion de développer son imaginaire et de construire sa relation au monde. Cependant, ces mots piochés au hasard peuvent être cruels et la vérité froide des définitions le bouscule. Aidé de la fenêtre que lui ouvre ce marin , « tout seul » va apprendre le monde et s’accepter. De ce synopsis Chabouté tire un merveilleux récit.

     L’histoire se construit au rythme des mots rencontrés et les scènes où ce solitaire recrée, à travers eux,  le monde qui l’entoure sont particulièrement réussies. Récit essentiellement muet, on songe , le livre refermé,  à Comès et son Silence – sans doute son livre le plus réussi – à la fois par le graphisme ( ce noir et blanc mature et assumé ) et  la thématique, celle du monstre, mais aussi celle de la rémission possible. Un beau livre qui nous parle de solitude. Comment on la vit, comment on s’en arrange, comment on en sort.


Un commentaire
Laisser un commentaire

  1. Bruce

    Lu à sa sortie car j’étais friand du travail de Chabouté. J’avais vraiment beaucoup aimé également et c’est peut-être mon préféré avec « Henri-Désiré Landru ». Très bon article l’ami.



Laisser un commentaire

culturac |
Coli'Anne |
Parcours d'artistes de la V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | graphes du 91
| caloucalou
| theo972