balade dessinée

Tendre Violette de Jean-Claude Servais et Gérard dewamme
5 août, 2013, 9:57
Classé dans : critiques

Tendre Violette de Jean-Claude Servais et Gérard dewamme dans critiques 4544g-217x300

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Je me suis offert une cure de jouvence,  un retour sur art séquentiel, un parcours dans  une suite d’images dans laquelle s’insère du texte  et qui, par leur succession forme un récit. Enfin bref, j’ai relu une « vieille » Bd.

Tendre Violette, de Jean Claude Servais au dessin et Gérard Dewamme au scénario.  Pas si tendre que ça la Violette. La couverture de 1982 annonçait la couleur:  un groupe de jeunes se bat, et au centre, Violette en furie.

C’est la campagne, à la fin du 19ème ou au début 20ème. Un monde âpre fait d’hommes rudes , de femmes jalouses, de rituels maléfiques, et, çà et là,  quelques bonnes âmes aussi.  Violette est une sensible qui a dû se blinder pour survivre. Elle vit seule dans la forêt proche. Le Bourg  est un endroit qu’elle nargue de sa superbe liberté. Sa beauté est son arme, et sa faiblesse. Elle suscite le désir, s’y plie, parfois de bonnes grâces, parfois moins, attire convoitise et hargne jalouse.  Entre la forêt et le village elle est l’entre-deux de la communauté .

Un notable  l’entretient, s’ amourache, elle fuit. Un mondain la veut pour femme, elle fuit. Elle tombe amoureuse d’un homme, il fuit, elle pleure. Tendre Violette est divisée en autant de chapitres que de rencontres : Julien, Perceven, Bourguignon .. Un Roman ? Plutôt une suite de nouvelles, car certains récits peuvent se lire indépendamment.                                                                                                                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

servais2-220x300 dans critiques

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Une belle relecture.  J’ai l’impression d’être  passé à côté de Servais à l’époque du fameux «  A suivre ». Je redécouvre d’un autre œil son trait tout en finesse, presque fragile, mélange éclatant d’aplats noirs, de rayures, de déliés.  Inventif, Il excelle notamment dans les scènes de paysage. Servais est un grand dessinateur de la campagne. Il dit les feuilles, les arbres de manière sensuelle et palpable.  Certaines vignettes explosent de vert et de lumière … pour un album en noir et blanc voilà une belle réussite. Les ambiances sont bien posées. On sent la pesante moiteur de l’été ou la sombre inquiétude du soir.  De même les personnages, les foules sont dits avec justesse. On croirait y voir les vieilles cartes postales du début 20ème avec ses foires et ses marchés. Le dessinateur ardennais se décrit lui-même comme un dessinateur « provincial » et, par cette approche régionaliste, il est incontestablement à part dans le 9ème Art .                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

servais-300x243

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Un Roman « A suivre » inspiré de faits réels ? C’est ce que laisse à penser la préface de Dewamme qui signe un album de belle facture avec des personnages bien campés. Servais a, par la suite, poursuivi l’aventure en solo. Dommage qu’il n’ait pas continué avec ce noir et blanc qu’il domine magnifiquement.

 

 


Un commentaire
Laisser un commentaire

  1. mitchul

    Je serai dorénavant plus attentif aux albums de Servais que je croiserai… ;)

    Dernière publication sur Me, myself and I : Tu sais ce qu'on raconte... - Gilles Rochier & Daniel Casanave (Warum, 2017)



Laisser un commentaire

culturac |
Coli'Anne |
Parcours d'artistes de la V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | graphes du 91
| caloucalou
| theo972