balade dessinée

Charlie six feet above
8 juillet, 2015, 14:27
Classé dans : journal

 

- Et toi ? Qu’est ce que tu as ressenti ?

- Rien, ça ne me parle pas, ça ne me dit rien. Quelque chose me gêne, c’est tout.

 

arrivée.tramway2

 

 

-  Moi je me sens en deuil, on m’a volé des amis.

-  « Je suis Charlie » , jusqu’où ? Jusqu’où ça me touche ?

 

entrée.tramway

 

 

- C’est violent, c’est cru, on bascule dans autre chose.

- Dans autre chose  vraiment ? Rien ne change : ça fonctionne. C’est la même routine, c’est désespérant. ça interroge.

 

allée tramway

 

 

- Qu’est ce qu’il y a qui ne va pas ?

- Moi je me sens mal. Comment on peut avoir confiance en l’autre désormais ? On m’invite à avoir peur. ça me dérange.

 

regard.garçon

 

 

- Et comment on fait pour vivre ainsi ? Si c’est la frousse qui commande, alors c’est mal barré. Est ce que je dois me méfier d’elle ?

 

la jeune fille et la vieillarde le tramway

 

 

- Ou de lui ?

 

portable

 

 

- J’ai pas peur, c’est ce que voudraient les assassins , mais je suis en colère. J’en ai marre des cons, j’en ai marre de la connerie humaine.

- On veut nous diviser, ça sent mauvais. Faut être orgueilleux, faut rien céder.

 

type à lunettes tramway

 

 

- Il paraît que les crises sont salutaires, peut être que de cette tambouille sortira du bon ? Peut être qu’on donnera les bonnes réponses ?

 

chinoise.portable

 

 

- C’est mal barré. On a tout eu, tout ce qui était le plus prévisible, le mieux balisé, le plus facile.

- Des phrases creuses, des unanimités feintes, des réponses médiatiques.

 

fille songeuse tramway

 

 

- Qu’est ce que tu vas faire ?

- Dessiner, peut être, si j’y arrive. Et toi ?

 

regard.fenêtre

 

 

- Relire tout Cabu et Wolinski.

- J’en ai même pas dans ma bibliothèque.

 

passante

 

 

- Marre de cette histoire, marre d’en parler, marre d’y penser, envie de cocooner, rester chez soi.

- Je comate devant « six feet under » , hasard de la programmation.

 

télé dans le tramway

 

 

2 février, 23 heures, dialogue :

 

dialogue

 

 

- « Rien n’a aucun sens, c’est ça qu’il faut comprendre ? »

- « Ne sors pas ces conneries existentialistes. J’attends mieux de toi. L’essentiel est juste devant toi. »

 

dialogue1

 

 

- « Désolé , je ne vois rien »

- « Tu n’es même pas reconnaissant n’est ce pas ? »

 

dialogue2

 

 

- « Reconnaissant ? Pour la plus affreuse expérience de ma vie ? »

 

dialogue.essai

 

 

 

- « Tu t’accroches à ta douleur comme si elle voulait dire quelque chose. je veux te dire : elle ne vaut rien, oublie. Les possibilités sont infinies et il ne fait que gémir ! »

 

dialogue

 

 

- « Que dois je faire ? »

- « A ton avis ? Tu peux faire tout ce que tu veux veinard. Tu es vivant. Qu’importe un peu de douleur par rapport à ça ? »

 

dialogue

 

 

 

- « ça ne peut pas être aussi simple »

- « Et si ça l’était ? »

 

dialogue

 

 

- Et si ça l’était ?

 

tout le monde descend. Bis

 

 

- Si ça l’était, alors on peut continuer à acheter Charlie.

 

quai tramway

 

 

- Et puis le lire.

 

duduche à quai.

 

 

- Et puis passer à autre chose.

 

arrivée tramway ou départ

 

 


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

culturac |
Coli'Anne |
Parcours d'artistes de la V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | graphes du 91
| caloucalou
| theo972